Chronique et extrait de Blood Script – Airicka Phoenix

Blood Script - Amazon

Titre : BLOOD SCRIPT

Auteur : Airicka Phoenix

Genre : Dark Romance, Pirates, Mafia, BDSM

Date de parution (VO) : 12 avril 2017

 

Trame :

Le Capitaine James Crow est un pirate des temps modernes, il fait…. Comment dire… de l’ « import-export » de poudre blanche et autres marchandises pas légales, à bord de son navire.

Il a passé les derniers mois de sa minorité dans les foyers d’accueil du système, après la mort tragique de sa sœur Annie puis de ses parents, à cause d’une dette envers la mafia. Et depuis toutes ces années, il exerce ce « métier » et a soif de vengeance.

Contacté il y a 4 ans par un mystérieux agent plus ou moins officiel, Bishop, qui lui avait proposé un plan pour se venger de De Marco, le parrain à l’origine de l’enlèvement, la torture, le viol collectif, puis le suicide de sa jeune sœur, il a aujourd’hui l’occasion de se venger, en enlevant Cora, la fille du mafioso De Mateo.

Du moins, c’était le plan.

Mais James Crow a beau avoir toute l’apparence d’une bête (fatalement sexy en plus), avoir été profondément marqué par la tragédie et la rancœur, gagné sa vie comme hors la loi et mercenaire, il ne parvient toutefois pas à se résoudre à livrer Cora à Bishop, car il sait qu’elle pourrait bien subir le même sort qu’Annie.

Mais il a toujours soif de vengeance, et il a soudain une idée peut-être plus cruelle : la forcer à l’épouser, sous peine d’anéantir sa famille, ce qui serait parfait pour son plan de vengeance…

Cora connaît l’activité de sa « famille ». Elle a grandi en plein milieu, entourée de criminels, entraînée au tir et à l’autodéfense depuis son adolescence, mais elle n’a toutefois pas envie de prendre la relève, et préfère vivre tranquillement et honnêtement de son bar.

Elle n’a pas eu de chance avec les hommes, peut-être à cause de sa famille. Elle a d’ailleurs grandi seule mais choyée par ses parents.

Elle ne s’attendait pas à être kidnappée en pleine nuit par des pirates mercenaires, et encore moins à se voir obligée à épouser un rustre comme James.

Mais Cora ne s’avèrera pas une prisonnière facile pour le Capitaine James Crow.

Et les étincelles vont tout de suite jaillir entre eux. Dans tous les sens du terme…

James est insupportable, profondément meurtri et horriblement séduisant et à travers son chantage, il cherche davantage que sa main, il veut sa soumission absolue. Il veut lui faire mal. Il veut la seule chose qu’elle n’ait jamais donnée à quelqu’un – son cœur – mais lui donnera-t-il le sien en échange ?

James se décrit lui-même comme un monstre incapable d’aimer, et il lui interdit même de s’éprendre de lui.

Ce Capitaine est une contradiction ambulante, entre ses propos et ses actions, car s’il déclare la mépriser de toutes ses forces, tout ce qu’il fait c’est la protéger. Il ne supporte pas qu’elle lui tienne tête, a même des accès de colère et prend la voie de la punition physique, c’est comme s’il ne savait pas gérer ce trop-plein d’émotions qu’elle lui inspire, à cause de la vie qu’il a menée, de la vengeance qu’il a tant attendue, de son père…

Cette histoire est donc celle d’une soif de vengeance, qui va se heurter à une rencontre qui bouleversera la vie et les plans du Capitaine James Crow. Avec une écriture qui vous tient collé à votre siège, du suspense, d’excellents moments d’humour, et des scènes très TRÈS érotiques, le lecteur découvre le monde des pirates des temps modernes, des clans mafieux, des règlements de compte et des trahisons mûries durant des années.

Lorsque toute la vérité éclate enfin, James pourra-t-il sauver Cora du véritable ennemi, et s’il exécute sa vengeance, pourra-t-il gagner avant qu’elle ne lui coûte plus que sa vie ?

Cora pourra-telle se libérer de celui qui l’a soumise et faite prisonnière, mais également séduite et enchantée ?

****

MA NOTE : 4,5/5

Je ne suis pas fan de romans du genre Erotica/BDSM.

Je n’ai jamais lu de romans à propos de pirates, même modernes.

Et je n’avais d’ailleurs jamais lu un livre de cet auteur…

Eh bien… Je crois que j’ai le syndrome de Stockholm !

Le héros est une véritable bête, un rustre, mais s’il se dit être un monstre, ses propres actes le trahissent et dévoilent une immense loyauté, un instinct protecteur et en dépit de ses accès de colère, une immense tendresse que l’on devine, cachée sous ses manières de gougeât.

Oui, il y a des scènes très fortes, quelques épisodes de « punitions » physiques, et l’auteur parvient pourtant à séduire, à nous faire ressentir de l’empathie envers un homme pourtant odieux en apparence.

Teaser - 6

Cora, quant à elle se montre courageuse même à travers ses moments de « soumission » et à chaque moment de vérité, elle ne prend jamais la fuite.

Pour quelqu’un qui est censé mépriser et haïr Cora, James prouve pourtant qu’elle est la chose la plus importante qui soit, et je dirais même, en fermant ce livre, que son amour est bien plus fort que celui du propre père de Cora (les lecteurs comprendront ; j’ai d’ailleurs « applaudi » la réaction de James).

Ce livre est donc un coup de cœur tout à fait inattendu, car en dépit d’un genre que je n’aime habituellement pas, j’ai été complètement séduite par l’histoire en soi, par la complexité des personnages et de leurs émotions, par la complexité de ces mondes criminels, et tout cela ne peut être dû qu’à la qualité de l’écriture d’Airicka Phoenix. Ses personnages sont très complexes, et on ne peut s’empêcher de s’y attacher. Ce ne’st pas un conte de fées de princesses délicates et preux chevaliers, c’est sombre, violent, mais également passionné, tendre drôle et dans le fond, complètement romantique.

J’ai été très agréablement surprise, ce livre est un condensé d’action, de suspense, de sexe, de tendresse et d’humour, et je n’arrive toujours pas à croire que j’ai adoré une « Dark Romance ».

****

EXTRAIT (VO):

(attention les yeux, chaud devant, etc., etc…):

Her fingers reached to touch the neat interlocking series of hearts forming a delicate chain he held out to her. The light sparkled off the cluster of tiny diamonds hugging the curves and fell on the only charm hanging off the end, a tiny anchor shaped in a J.

“Oh my God,” she whispered, mesmerized by its beauty. “It’s gorgeous.”

“It’s yours,” he said. “But I want something in return.”

Cora looked past the gift to the man watching her, eyes dark and hungry.

“What?”

She found herself forced against the wall with his mouth a demanding lock over hers. His tongue tasted of cool mint when it invaded. The flavor had her taste buds tingling and her fingers reach up to close in his hair. She gripped him to her as he kissed her with a raw vengeance that was more punishing than romantic.

But she accepted it.

Needed it.

She opened to him.

Relinquished all for him.

She was so lost that she didn’t react right away when his free hand snapped open her jeans, when it slipped inside until his fingers were forcing apart her lips.

“James…?”

His name faded into a welcoming sigh with the first invasion of his fingers. Two sank inside her to the knuckle.

Cora responded by opening her legs wider and rolling her hips into his palm. Her eyes closed and her head dropped back against the wall with a dull thud.

“I need your come,” he murmured into her ear. “I need it on my fingers. Come for me, Cora.”

It took the assault of his thumb grinding into her clit, but she came with a choked little whimper and a rush of heat that he pumped all over his fingers.

Soaking them.

Coating them.

He caught her when the removal of his hand had her sagging. He held her against him, the knee he wedged between her trembling thighs, and the wall.

“Look at me.”

She forced her eyes open, forced them to find his face and stick.

Fingers wet with her release were brought to her mouth, a mouth that automatically opened. But he had no interest in that. The tips were used to paint her lips, coat them glossy with her own juices. Once he was satisfied he’d done a proper job, he slipped them into her mouth to suck clean.

“You can have the bracelet,” he told her. “But only if you return wearing your own taste on your lips. I want to lick it off when I see you.”

Cora sucked in a breath. “All day? What … what if I drink, or—”

“Reapply, as often as necessary, but I want to know how many times you fingered yourself.”

“Jesus…” She stared at him, horrified, and turned on to the point of pure madness. “You’re so twisted.”

“Am I?” His eyes glittered darkly. “Then why are you getting wet?”

She was wet, or at least, wetter. She was almost certain it would start leaking through her jeans.

“You’re turning me into a pervert,” she decided, painfully conscious of the slippery state of her lips with every word.

****

Suivre l’auteur :

Site Internet : http://airickaphoenix.com/Author/

Facebook : https://www.facebook.com/airicka.phoenix/

Twitter : https://twitter.com/AirickaPhoenix

Pinterest : https://es.pinterest.com/airickaphoenix/

Instagram : https://www.instagram.com/airickaphoenix/

2 réflexions sur “Chronique et extrait de Blood Script – Airicka Phoenix

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s